Un pas après l'autre

La prochaine étape de notre parcours de FIV est en cours - il est temps de faire mûrir les minuscules petits follicules qui habitent et dorment dans mes ovaires!

J'imagine que chacun a sa propre façon de faire face à cela. Et ce qui fonctionne pour une personne peut ne pas fonctionner pour une autre. Cela ne rend ni l'une ni l'autre méthode meilleure ou pire - tout ce qui vous permet de passer au travers! Voici donc un aperçu de ma survie (cette fois-ci). J'espère que cela aide certains d'entre vous et si vous avez des conseils sur la façon de le parcourir, n'hésitez pas à partager.

Tout d'abord, je suis sûr qu'un certain niveau d'appréhension est universel, car il est sans aucun doute désagréable de commencer à s'injecter régulièrement. Beaucoup de gens disent: "Oh, je ne pourrais pas faire ça!" - mais c'est incroyable ce que vous aurez dans la quête pour créer la vie.

Quand j'étais adolescent et que l'opticien local m'a mis des lentilles de contact dans les yeux, il m'a fallu plus de trois heures pour les retirer. Trois heures! Je n'avais pas le droit de quitter le magasin avant d'avoir pu le faire et chaque fois que j'essayais de saisir délicatement la lentille de la surface de mon œil, je reculais et je devais m'arrêter. Pendant plus de cent quatre-vingt minutes !! Aussi douloureuse soit-elle, l'injection est en fait plus facile que cela. Lorsque votre instinct vous dit de ne pas coller les choses en vous (le même instinct qui m'a dit de ne pas mettre mon doigt dans les yeux), la logique prend le dessus. Il s'agit d'une nécessité médicale. L'aiguille n'entre que dans un morceau gras (rien d'important!), Alors quel est le pire qui puisse arriver? Et une fois que vous avez cassé la peau avec le bout de l'aiguille, le reste est facile - c'est un home run.

J'ai même atteint le stade où je trouve l'injection stimulante

Et avant de penser que je suis folle, écoutez-moi s'il vous plaît… Avant l'injection, il y avait beaucoup de lecture, de recherche et d'espoir que divers changements de style de vie nous aideraient à tomber enceinte - rien ne fonctionnait et c'était très passif. Mais maintenant, on a l'impression de prendre les choses en main et de se rapprocher progressivement d'avoir notre propre petite création humaine. Encourager activement le processus physiologique de maturation et de libération des œufs (à collecter puis à féconder ultérieurement) est un pas dans la bonne direction.

Avec l'autonomisation, il y a aussi un sentiment momentané de contrôle qui n'était jamais là auparavant

Il n'y a pas de raison définitive pour notre infertilité, donc nous ne savons pas comment y remédier. Mais l'injection est un plan d'action proactif qui (espérons-le) créera les bons résultats et cela fait du bien. Mon corps fait (par une manipulation légère induite par la drogue) ce pour quoi il a été conçu.

Je me sens aussi étrangement excité. Cela ne me dérange pas que mon corps soit devenu une boîte de Pétri humaine. Tant qu'il nous donne les résultats que nous voulons, alors je suis prêt à le faire, pendant un court instant au moins. J'ai passé tellement de temps à essayer d'avoir un bébé, que faire quelque chose qui me rapprocherait des résultats que nous voulons suscite quelque chose en moi, une espérance que la science produira peut-être là où la nature a échoué.

Mais ce n'est certainement pas de la voile

Au bout de cinq jours, j'ai commencé à m'injecter trois fois par jour, et il ne m'a pas fallu longtemps pour me sentir incroyablement gonflé. Mes seins ressemblaient à des ballons sensibles avec des mamelons de balles de golf - même un changement dans la direction du vent semblait les affecter! Et mon aine, eh bien, elle gonflait tellement que je me sentais comme une vache avec une paire de mamelles entre mes jambes - c'était insupportable. J'ai dû m'allonger quotidiennement et y mettre de la glace pour la refroidir et soulager.

La discrétion est délicate. Au-delà de vous chers lecteurs et de ma famille la plus proche, personne ne connaît le deuxième cycle de FIV, d'où le faux nom

Administrer les injections et préparer le médicament est un processus complexe, car il y a beaucoup de petites choses que je pourrais me tromper. Chaque fois que je revérifie le dosage et la technique de mélange, c'est-à-dire le mélange «sans le secouer», respectant ainsi les règles de mélange. Et surtout, je vérifie toujours que je ne confond pas les aiguilles, l'aiguille de distribution / mélange est massive et l'aiguille d'injection est beaucoup plus petite! Ce petit mélange pourrait être douloureux.

En ce qui concerne les ecchymoses et la douleur, j'ai une astuce qui aide vraiment à minimiser les deux et c'est super simple. Pendant quelques minutes avant l'injection, tenez un glaçon sur la zone que vous vous apprêtez à injecter. Et, lorsque vous commencez à enfoncer lentement l'aiguille, si elle pique, arrêtez-la et déplacez légèrement l'aiguille à un endroit différent. Pour moi, la sensation de picotement signifiait que je frappais un petit vaisseau sanguin et cela entraînerait probablement des saignements et une ecchymose. Donc, avant qu'il ne casse la peau, arrêtez-vous et déplacez-la - hourra.

Cette fois-ci, j'ai eu un SHO léger - Syndrome d'hyperstimulation ovarienne… et je n'arrive toujours pas à y croire

Je n'ai pas eu cela la dernière fois, mais cela fait presque trois ans depuis ma première tentative, donc mon corps a changé.

J'ai également lu et dit par les experts qu'il est important pour votre partenaire de maintenir une qualité de sperme optimale et d'éjaculer tous les 2/3 jours. Maintenant, si en vous injectant vous-même et en vous sentant comme un ballon porteur de pis, vous pouvez aider votre partenaire à y arriver, alors vous êtes une meilleure personne que moi. Je lui ai rappelé quand se masturber et quand il a gémi à propos des inconvénients (!) J'ai suggéré que nous échangeions - il s'injecte et je me branle. Quelle joie totale ce serait! Il peut avoir les boules gonflées et une poitrine douloureuse et je me contenterai de moi jusqu'à l'orgasme… Comme ce serait délicieux!?

Bonne chance mes amis en difficulté de fertilité.


Thora Negg x


MISE EN GARDE
La FIV est un pari et le parcours de fertilité de chacun est unique.
Je ne suis pas un professionnel de la santé, un coach en fertilité ou un psychologue.
Je n'ai aucune idée de ce que sera mon histoire, mais je la partagerai ouvertement et franchement.
J'espère que cela vous donnera espoir et réconfort.
Et n'oubliez pas, sous toutes les émotions mélangées totalement justifiées, il y a toujours une femme forte au cœur - suivez votre instinct et pardonnez-vous, ce n'est pas de votre faute X

Aucun commentaire pour l'instant

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

Traduire "